- Renaud Donnedieu de Vabres - http://www.rddv.fr -

Nos impôts permettent des réalisations, mais le maire n’a pas de stratégie pour développer Tou

Posted By admin2011 On 20 d├ęcembre 2002 @ 00:00 In Journal 2002-2004 | No Comments

La stabilité de la fiscalité n’est qu’un leurre, puisque non seulement les taxes parafiscales et les tarifs municipaux augmentent, mais que d’autre part les prestations dans certains domaines baissent…  Le budget présenté par le maire de Tours n’est qu’un exercice comptable prévu par la loi. Ce n’est absolument pas un véritable exercice démocratique de programmation budgétaire.

•    La méthode retenue par Monsieur Germain n’est pas bonne. Il faudrait partir du constat des besoins de la population et des objectifs « politiques » qu’une équipe municipale se doit de se fixer.

Puis présenter la tranche annuelle des engagements et des programmes pluriannuels et enfin prévoir un rapport d’exécution avec un bilan critique.

Quelques exemples : rien n’est prévu pour le point noir absolu en matière de circulation aux abords de la gare ; quel est le montant total des travaux nécessaires pour parvenir à un résultat simple : « plus une ligne électrique, plus une ligne téléphonique apparentes à Tours » ? Aucune information ; quels sont les moyens envisagés pour faire de notre ville la capitale touristique du Val de Loire ? Aucune orientation précise ; comment favoriser l’implantation d’activités économiques permettant l’embauche sur place de tous les jeunes qui se forment à Tours ? Ce n’est tout simplement pas évoqué…

•    La deuxième critique fondamentale porte sur le fait que les transferts de responsabilités vers l’agglomération se traduisent par un déni de démocratie directe choquant.

L’opposition a été écartée de la délégation de la ville de Tours au Conseil de la Communauté d’agglomération. Bonjour le respect du pluralisme de nos concitoyens !

Plus grave, le directeur général des services de l’agglomération a refusé de remettre à l’opposition un exemplaire du budget de l’agglomération.

Pour quelqu’un qui a appartenu au « Mouvement des citoyens » de M. Chevènement et qui figurait sur la liste de gauche aux dernières municipales – tiens, tiens, un recrutement assez politique… – c’est la marque d’une pratique sectaire.

Rappelons-lui que la première marche vers la démocratie est le droit des élus du suffrage universel à « consentir » l’impôt et à choisir les dépenses…

Je ne sais si existe encore un magazine qui s’appelait « Nous deux » ! Là l’attitude politique du président de la communauté d’agglomération obéit à la maxime « Entre nous ».

C’est certainement plus confortable, mais cela n’évite pas les questions embarrassantes : par exemple, est-elle envisagée la construction du palais de l’agglomération pour un coût de plus de 30 millions de francs ?

•    Troisième motif de voter contre le projet de budget, les services mal rendus à la population.

La stabilité de la fiscalité n’est qu’un leurre, puisque non seulement les taxes parafiscales et les tarifs municipaux augmentent, mais que d’autre part les prestations dans certains domaines baissent : ce fut le cas pour la collecte des ordures ménagères avec une augmentation du coût et une baisse de la fréquence du ramassage ; c’est aujourd’hui le problème des activités socioculturelles qui ne sont plus assumées par les anciens foyers et pas encore par les nouveaux opérateurs.

Dans le quartier Mirabeau, par exemple, les jeunes sont obligés d’aller pratiquer le judo à Rochecorbon ; les habitants des Rives du Cher – Rochepinard n’ont plus de local pour organiser leurs activités de loisirs etc, etc, etc…

Ils sont contraints parfois de se délocaliser, voire de renoncer, en tous cas de payer davantage.

Dire que la ville est bien gérée sans changement est donc tout simplement faux puisque les prestations baissent ou disparaissent.

Sans parler du fameux emprunt dont on ne rembourse que les intérêts, le capital étant renvoyé en 2023 ! Ce qui a majoré le coût de l’emprunt car les taux sont naturellement plus élevés lorsque le capital est remboursé in fine. Ce qui reporte sur les générations futures la charge financière…

Bref, un document budgétaire vraiment peu sincère, ne répondant pas aux attentes de la population. Donc, l’Union pour Tours votera contre.


Article printed from Renaud Donnedieu de Vabres: http://www.rddv.fr

URL to article: http://www.rddv.fr/2002/12/20/nos-imp-ocirc-ts-permettent-des-r-eacute-alisations-mais-le-maire-n-rsquo-a-pas-de-strat-eacute-gie-pour-d-eacute-velopper-tou/

Copyright © 2012 Renaud Donnedieu de Vabres. All rights reserved.